Mon Blog

Nouveau projet !

Voilà, après 2 ans sans voyage, en 2021 à cause de la motivation qui n’était pas là, sans doute que le Covid y était pour quelque chose. En effet, je n’arrivais pas à me projeter de me préparer alors que nous devions porter ce foutu masque tout le temps. En 2022, à cause du manque d’équipement, je ne voulais pas remettre mon VTT (dont ce n’ai pas le rôle) à rude épreuve. Je voulais alors m’acheter un vélo dédier principalement à ça sans y mettre une fortune. Mais les pénuries en tout genre ne m’ont pas permis de pouvoir acheter le vélo que je convoitait.

C’est maintenant réglé, le vélo tant convoité est de nouveau en stock ! Je l’ai donc acheté …

Il ne me reste plus qu’a trouver une idée de voyage, bon j’avoue que j’en ai mais faut creuser et surtout trouver les dates.

La suite dans quelques temps …

Publicité

Départ

La préparation du vélo c’est faite pendant la semaine : passage d’un VTT à un vélo de voyage

Puis, est venue l’heure du départ tôt ce matin (5h00). Merci à ma p’tite femme et à ma fille pour s’être levées pour me dire au revoir 😘

Enfin, à l’heure où j’écris cet article, mon train s’apprête à partir pour Nantes (le vrai départ de mon Road trip) !

Jour 1 : Nantes – St Michel Chef-Chef

En réalité ce 1er jour commence de Mériel (voir article Départ). Une fois arrivé à Nantes, le temps était mitigé, j’ai même eu quelques averses ce matin mais l’après midi a été mieux. Par contre, un peu de vent en me rapprochant de la l’Atlantique.

Je dois dire que le parcours est très très bien fléché. Ça change de l’Avenue Verte qui avait quelques lacunes à ce niveau de temps en temps.

Aux alentours de midi, p’tite pause déjeuner en bordure de la Loire

L’après-midi a été essentiellement consacré à la remontée de l’estuaire sur des chemins assez roulants mais avec souvent un vent de face (ça épuise). Beaucoup de ça anne de pêcheurs et des belle vues sur le viaduc de St Nazaire.

Et enfin, l’arrivée à l’océan !

Quelques kilomètres plus tard, arrivé à St Michel Chef-Chef, lieu d’étape avec un passage par l’atelier St Michel 😉

Puis installation au camping.

Bref, une journée bien longue, je sens que la nuit va être bonne.

Jour 2 : St Michel Chef-Chef – St Jean-de-Monts

Alors, aujourd’hui, j’ai pris un peu d’avance avec cette étape de 106Kms. Normalement, j’aurais du m’arrêter à La Barre de Monts près de l’île de Noirmoutier mais pour des raisons d’horaire de marrée (voir plus bas), j’ai changé mon planning.

La journée a débuté comme la veille avec un temps plutôt mitigé. La pluie aura finalement été pour cette nuit. J’ai donc commencé mon parcours tranquillement en suivant la côte.

Jusqu’à arriver en Vendée

Mon idée était de prendre le passage du Gois

Mais j’ai dû tourner à gauche car les horaires de marrée n’étaient pas en adéquation avec mon heure de passage 😢. Il aura donc fallu me résoudre à passer par les marrais breton vendéen.

Cela m’aura fait gagner un peu de temps et j’ai donc décider d’allonger mon parcours jusqu’à St Jean-de-Monts, d’où j’écris tranquillement du bord de la piscine 😉

Maintenant, il faut que je vous explique une chose. Avant de partir, ma fille m’a donné un petit mot à lire par jour.

Voici donc le mot du jour

Merci ma chérie 😘

Jour 3 : St Jean-de-Monts – La Tranche-sur-Mer

Encore une grosse étape à plus de 100kms. Je prend de l’avance et demain, je vais me permettre de faire plus court direction La Rochelle (environs 60kms) puis l’île de Ré. Je ne devrais pas y être trop tard.

Je dois avouer que j’ai fini cette étape un peu fatigué.

Le parcours a été très plaisant en alternat paysage côtier et campagne, marrais et forêt vendéenne.

Enfin arrivé aux Sables-d’Olonne (60Kms), j’ai pris mon déjeuner sur la plage !

Puis, il a bien fallu reprendre la route : direction La Tranche-sur-Mer (environs 40Kms). Je dois avouer que je n’étais pas super motivé 😱. Par contre, toujours les mêmes paysages vraiment sympathiques.

Une fois arrivé au camping et installé, j’ai voulu aller faire une petite baignade mais l’eau était trop froide pour moi 😉

Après une bonne douche bien méritée, je suis donc parti en ville, d’où j’écris ces mots, boire une bonne bière

Sans oublier le p’tit pour la fin

Merci ma fille, tu es l’amour de ma vie 😘😘😘

Jour 4 : La Tranche-sur-Mer – Ile de Ré

Je pensais que ça serait une plus petite étape mais pas vraiment en fait. De plus, le temps n’était vraiment pas de la partie. Réveil sous les nuages et à peine parti, il se met à pleuvoir. Toute la journée aura été alternance de nuage et de pluie sans jamais voir le soleil ☀️

Parcours essentiellement le long des canaux vendéens et charentais, pas désagréable du tout.

Puis me voilà arrivé à La Rochelle. Quand je suis parti, ils annonçaient 60kms, mais au final, c’était 70 ! Les Kms annoncés sur les panneaux vendéens se sont trouvés souvent farfelus, faut pas trop s’y fier !

Un p’tit tour dans la ville, surtout autours du port.

Suivie d’une pause détente

Et me voilà parti direction l’Ile de Ré. Faut dire qu’avec le temps et le vent, j’étais pas super motivé 😱.

Ça n’a pas loupé, vent de face pendant tout le passage du pont. J’avais l’impression de ne pas avancé. Mais enfin arrivé de l’autre côté

Et la galère a commencé : trouver un camping ! On pourrait croire que sur l’Ile de Ré, ce n’est pas un problème, un haut lieu du tourisme comme ça. 1er camping : personne, c’est écrit d’aller sonner à un maison mais là encore, personne. 2ème camping : ils n’ont pas ouvert les sanitaires et ne font donc que location de mobile home ou accueil camping car => incroyable le 21 juin. Ils me disent néanmoins de me rendre à un autre camping pas trop loin et là le mec me dit que les sanitaires ne sont pas ouvert non plus. Je lui demande si c’est la spécialité de l’Ile de Ré car il n’y a que chez eux !!! Bref, heureusement le patron passe par là et informe le gars qu’ils ont été ouvert aujourd’hui (un dimanche 🤔🤣). Bref, je suis épuisé et je prend donc mon emplacement à prix d’or : 22€ la nuit sans électricité (on est bien sûr l’Ile des Bobos).

Enfin, pour finir, le p’tit mot du jour (vous imaginez le sujet)

Jour 5 : Île de Ré – Châtelaillon-Plage

Ce matin, réveil en douceur et surtout avec un grand ciel bleu. Juste un peu galère pour faire sécher ma tente mais je suis parti de bonne humeur. et tranquillement.

Passage par St Martin de Ré

Puis direction l’intérieur de l’Ile et ses marais salant

De fil en aiguille, le voici donc arrivé au phare de la baleine

Retour vers le pont tout tranquillement

Le passage du pont aura été beaucoup plus simple que la veille. Pas de vent et une température très agréable.

Bilan de l’Ile de Ré : je dois avouer que c’est très jolie en général mais ils sont fou. Tout est aussi, voir plus cher qu’en région parisienne et les gens ne sont pas forcément agréables. Ajouter à cela les 16€ de racket pour passer le pont en voiture et le résultat est que je ne suis pas près d’y aller en vacances. En plus, déjà ce matin les pistes cyclables avait une impression d’autoroute, j’imagine pas l’été !!!

De retour à La Rochelle, je me dit que aujourd’hui serait une petite étape tranquille.

Mais, c’était sans compter que le camping municipal de La Rochelle soit …. FERMÉ 😱 Incroyable, le 22 juin !!! J’ai donc du pousser jusqu’à Châtaillon.

Et pour finir, le petit mot du jour

Jour 6 : Châtelaillon-Plage – Marennes-Plage

Reveil

Réveil encore sous le beau temps mais la nuit ne fût pas bonne. La faute à la route nationale qui passait pas loin du camping. Résultat, du bruit toute la nuit 😡. Bref, le soleil m’a quand même mis de bonne humeur. Départ donc tranquillement vers Marennes.

Cette étape n’aura pas été la plus intéressante, aussi bien au niveau parcours que de l’intérêt de celui-ci. Une bonne partie de la première moitié du parcours se sera faite en suivant une route nationale :

Pas top !

Puis, arrivé à Rochefort sur les coups de midi. Le seul intérêt de cette étape.

J’avoue avoir passé cette ville un peu vite. Je pense qu’elle aurait mérité que je m’y attarde un peu plus mais la fatigue accumulée avec le manque de sommeil m’a fait passer rapidement afin d’arriver le plus vite possible à mon lieu de campement. C’est ainsi !

La seconde partie, s’est faite en suivant une ancienne voie ferrée et encore des marais. Plus agréable mais pas super intéressant !

Arrivé au camping, j’ai pu m’installer. Vue sur la mer pour 8€. Ça change de l’Ile de Ré !!! Après ça, je suis aller me prélasser dans mon premier bain d’eau salée 😉

Puis, une p’tite bière au bord de la piscine 😁

Et pour finir, le p’tit mot du jour. Alors je ne sais pas si c’est en concertation, mais ma fille a donc écrit pour ma mère 🤔

Jour 7 : Marennes-Plage – Montalivet

Dur dur, quelle chaleur ! Cette étape aura eu lieue en plein soleil et avec une grosse chaleur. J’ai manqué d’eau plusieurs fois malgré mes 2 bidons !

Sinon, parcours assez agréable. La matinée dans les Charente-Maritime

Et l’après midi en Gironde et ses Paysages de forêt landaises !

Pas beaucoup de photo, c’était très monotone et je crains que ce soit encore le cas demain.

Du coup, après installation au camping, direction la plage pour un p’tit bain.

Et pour finir, le p’tit mot du jour

Jour 8 : Montalivet – Lanton (bassin d’arcachon)

La journée a commencé avec un ciel peu clément, presque du brouillard. Normalement, il était prévu que je m’arrête vers Le Porge mais vu la météo annoncée pour demain, j’ai changé mon itinéraire afin d’arriver aujourd’hui. Il n’était donc plus prévu que je passe par Arcachon même mais que je suive vraiment l’itinéraire de la velodysée qui passe par Arès et Andernos.

Pour revenir au déroulé de la journée, elle a donc commencé sous un temps maussade et je me suis même pris une grosse averse un peu avant Lacanau. J’ai même eu droit, à ce moment à ma première crevaison (quand ça veut pas !)

Le parcours a été essentiellement réalisé sur des pistes cyclables traversant la forêt, très monotone !

Pas beaucoup de photos donc sur cette étape !

Je suis enfin arrivé à destination, à Lanton au bord du bassin d’Arcachon en fin d’après-midi. Je doit avouer que j’étais épuisé et que dormir dans un vrai lit va me faire un bien fou.

Bien évidemment, après l’apéro qui va bien 😉

Et sans oublier le p’tit mot du jour

Alors, des mots, il y en a pour les jours suivants. Je ne les ai pas regardé à l’avance et peut-être que celui de demain ne sera pas en adéquation avec la réalité puisque j’étais sensé arriver que demain soir. Bref, ce n’est pas bien grave et je vais continuer d’alimenter le site jusqu’à la fin de mon périple, le retour à la maison prévu pour lundi.

Jour 9 : Repos et ballade à Andernos-les-Bains

Une bonne nuit dans un bon lit avec un levé un peu tard (9h00), ça fait du bien.

La matinée aura été tranquille. Les muscles se reposent et c’est bon de ne pas avoir à remonter sur le vélo. Il est dans le garage et étrangement, ne me manque pas plus que ça 🤣

Cet après-midi, ça été balade à Andernos.

Sans oublier la p’tite glace …

Et l’achat d’une partie du repas pour ce soir 😉

Finalement, après une matinée maussade, le temps aura été beau. C’est pas vraiment ce qui avait été prévu !

Et pour finir … le p’tit mot du jour

Tu me manque aussi ma fille 😘

Jour 10 : L’océan et surprise !

Ce matin aura été une matinée consacrée encore au repos et à la lecture. C’est bien aussi de ne rien faire.

Cet après-midi, je suis allé me baigner à l’océan du côté du Cap Ferret. Il faisait beau et l’eau était bonne.

Et pour la soirée, surprise organisée par mon ami Pascal ! Pique-nique sur la dune du Pyla !

Pour le dessert, les fameuses Dunes Blanches !

Et le p’tit mot de la fin

Jour 11 : Un dimanche sur le bassin !

Aujourd’hui, levé tard. Faut bien récupérer de cette bonne soirée sur la Dune du Pyla. Lecture et farniente encore au programme de la matinée.

Après un bon repas, nous avons décidé de refaire la disposition intérieure chez mon pote Pascal.

Après ça, petite balade en vélo jusqu’à Andernos pour boire un p’tit coup.

Pour ce dernier soir, resto à La Teste., Le Cabanon que je conseil … très très bon !

Sans oublier le p’tit mot du jour

C’est fait !

Jour 12 : le retour : Lanton – Mériel

Cette journée est consacrée au retour vers la région parisienne. Départ de Biganos en TER jusqu’à Bordeaux pour prendre mon TGV.

Un petit peu d’attente à Bordeaux et le TGV arrive.

En montant à bord, je vois que le compartiment prévu pour les vélos (pour 2 vélos dont 1 déjà en place) est pris d’assaut par les passagers qui viennent de monter pour mettre leurs bagages. Je leur indique que je vais devoir mettre le vélo et la seule réponse que j’ai « mais ont a plus de place pour les bagages, vous verrez avec le contrôleur, que je n’ai qu’à mettre le vélo dans le couloir (escalier en fait).

Pas d’autre choix que de faire ça !

Les contrôleurs arrivent et me demandent ce que fait mon vélo dans le couloir. Je leur expliquent que certains confondent compartiment à vélo et à bagage, que pourtant, nous on paye pour le vélo ! Ils contrôlent les billets de tout le wagon puis à la fin, interpellent les passagers pour me laisser la place de mettre mon vélo. Étrangement, beaucoup de bagages ont trouvé places sous les siège (bagages cabine) ou dans d’autres compartiments. Très peu seront revenu à côté des vélos.

Comme quoi, quand on veut on peu. S’ils m’avaient écouté tous ces abrutis !

Bon, une fois arrivé à Montparnasse, direction Mériel en vélo cette fois

Une bonne partie du parcours a consisté à prendre celui que je prend souvent pour revenir du boulot. Ça fait bizarre !

Enfin de retour à la maison puis p’tit apéro en famille 😉

Au total, j’aurais donc fait 777 Kms. Par rapport à l’année dernière, je pense que j’étais mieux préparé physiquement et même si j’étais un peu fatigué le dernier jour avant d’arriver sur le bassin, rien de vraiment grave.

En conclusion, j’ai vraiment aimé mon voyage.

Et comme depuis le premier jour, le dernier p’tit mot pour la fin

Préparatifs

Les préparatifs sont presque terminés, il ne reste pas grand chose à faire ou acheter avant de pouvoir prendre le départ.

Par contre, il va falloir tester, car tout ça (il manque encore les vêtements) doit rentrer dans les sacoches 😱

Le matériel

Bon, ça devrait le faire si j’emmène pas trop de vêtements. C’est pour ça qu’il faut absolument bien choisir la période « météo ».

Les sacoches

On y croirait pas vu comme ça mais par exemple, dans la sacoche de selle, j’arrive à y loger la tente, le duvet, le matelas et la serviette !

Le camping municipal de Dangu

L’accueil y est très bon et le prix raisonnable. J’ai payé 11€40. Le cadre est fort sympathique, au bord d’un lac avec de nombreux pêcheurs.

Les sanitaires étaient d’une propreté sans faille.
Comme avec tout cadre « idyllique » il y a un mais : les canards, les oies, les grenouilles… s’y sont donnés à cœur joie toute la nuit. Mais pourquoi donc brailler que la nuit ?

Forges les eaux et son camping

Que dire ? Au sujet de Forges les Eaux, je m’attendais à mieux. C’est mignon, sans plus.

Concernant le camping, la encore un accueil chaleureux avec un gérant qui se souci vraiment du bien être de ses clients. Je l’ai même vu aller chercher une tente pour la prêter à des gens afin qu’ils en aient une plus grande !

Seul petit bémol, les sanitaires sont sous dimensionnés par rapport à l’accueil possible, et hier le camping était presque plein. Résultat : les gens faisaient la queue aux douches. Heureusement, je suis arrivé tôt et je n’ai pas de désagréments.

3ème étape : Forges les Eaux – Dieppe

Petite étape de à peine 60 Kms. Et très plate (ça fait du bien).

Le parcours était top. Quasi 90% sur piste cyclable. Il s’agit d’une ancienne voie ferrée reconvertie en vois verte. De la verdure de chaque côté et ce fût très agréable par cette forte chaleur. Je ne comprend pas pourquoi toutes les anciennes voies ferrées ne sont pas reconverties comme ça !

Lire la suite « 3ème étape : Forges les Eaux – Dieppe »

4ème étape : Dieppe – Newhaven – Horam

Cette étape n’est pas la plus longue en distance mais le problème à été que l’arrivée a Newhaven n’était qu’à 15h30 heure locale (dorénavant si je mentionne une heure, ce sera à l’heure anglaise). Bon tout de même 40Kms.

Le bateau fut relativement à l’heure. Par contre, le débarquement et le passage de la frontière fut long, ce qui ne m’a pas arrangé car derrière il fallait quand même rouler. Bref, je n’ai pas eu trop le temps de m’arrêter pour prendre des photos mais en voici quelques unes :

Lire la suite « 4ème étape : Dieppe – Newhaven – Horam »

5ème étape : Horam – Crawley

Que se fût dur aujourd’hui ! J’ai passé ma matinée à monter et monter encore. Il me semblait que l’Angleterre était plutôt plat mais je pense qu’ils ont pris toutes les cotes possible! 67 Kms quand même mais je ne pouvais plus aller plus loin, j’étais épuisé.

Un Mars et ça repart mais ça sera surtout une bonne nuit et un Double Decker (j’adore et on en trouve pas en 🇫🇷)

Lire la suite « 5ème étape : Horam – Crawley »

6ème étape : Crawley – Londres

J’écris pour vous donner des nouvelles mais le cœur n’y est pas.

La pire journée. Ça a commencé ce matin. C’était tellement humide qu’il m’a fallu plus d’une heure et demie pour faire sécher ma tente pour la plier.

Ensuite, 15 minutes après le départ, la pluie qui ne m’aura quasiment jamais quitter, pas toujours forte mais à 80% présente.

Lire la suite « 6ème étape : Crawley – Londres »

Stonehenge

La journée a commencé par attendre mon train qui a fini par partir à l’heure pile et est arrivé avec 2 minutes d’avances ! Quand j’entends certains critiquer les transport anglais 🤔. La gare de Waterloo n’étant pas très loin de London Eye, je me suis rendu là bas afin d’attendre au soleil.

Big Ben est toujours en travaux, quel dommage. Puis a sonné l’heure du départ, le vélo est dans le train de direction => Salisbury

Lire la suite « Stonehenge »

9ème étape : Armesbury – Portsmouth

La journée a commencé par 12kms de vélo pour rejoindre Salisbury sous une pluie battante. Je suis donc arrivé à la gare trempé et j’avais super froid. Bref, un matin qui réveil bien comme il faut.

Pas beaucoup de photos car c’est pas pratique sous la pluie. Pourtant Salisbury est une jolie petite ville.

Ensuite, j’ai donc pris un train de Salisbury => Portsmouth. J’ai eu le temps de sécher 😉.

Arrivé à Portsmouth, je me suis mis à la recherche d’un logement qui ne m’a finalement pas pris beaucoup de temps. Le camping était à proscrire vu le temps annoncé pour le soir.

Lire la suite « 9ème étape : Armesbury – Portsmouth »

Le bilan

D’un point de vu global, j’ai aimé mon périple même si la météo n’a pas été au rendez-vous comme prévus. Le premier bilan est donc de ne jamais faire confiance en la météo ! D’un point de vu physique, tous c’est bien passé. Aucune douleur et pas de fatigue excessive. Mon corps à tenu et c’est plutôt une bonne nouvelle car je n’avais pas fait une préparation de ouf !

Lire la suite « Le bilan »